Archive

Archives pour la catégorie ‘Haïti’

Haïti au Lomo

09/06/2010

Juste pour le plaisir un petit supplément de photos prises au Lomo et donc développées en France.

Blindé des UN à l'entrée de l'aéroport

Blindé des UN à l'entrée de l'aéroport

Casques bleus brésiliens

Casques bleus brésiliens

Port au Prince et ses ruines

Port au Prince et ses ruines

Port au Prince et ses camps de réfugiés, ici sur la pelouse du stade municipal

Port au Prince et ses camps de réfugiés, ici sur la pelouse du stade municipal

Port au Prince en reconstruction

Port au Prince en reconstruction

La mer des Caraïbes...

La mer des Caraïbes...

Le Mole Saint Nicolas

Le Mole Saint Nicolas

Bassin de carènage au Mole Saint Nicolas

Bassin de carènage au Mole Saint Nicolas

Le même

Le même

Famille de pécheurs du coté de Jean Macoute

Famille de pécheurs du coté de Jean Macoute

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

au revoir Haïti

05/06/2010
Voila c’est fini nous avons quitté Haïti. Pas définitivement car il est certain que j’y reviendrai, d’une manière ou d’une autre. Inutile de faire ici de grands discours: ce fût une expérience inoubliable, point. Je remercie tous les lecteurs de ce blog et ceux qui m’ont envoyé des messages de soutien. Le blog va continuer – car il n’y a pas qu’ Haïti dans la vie.  Les destinations, au moins dans un premier temps, risquent d’être moins exotiques: je vais rester quelques mois à… Paris mais ce sera l’occasion de se frotter à la photographie du quotidien.
Cash for Work, quartier Croix de Prez (Port au Prince)

Cash for Work, quartier Croix de Prez (Port au Prince)

A la morgue de XX on ne loue pas de cerceuils...

A la morgue Saint Charles on ne loue pas de cercueils...

Cactus vers Baie de Henne

Vers Baie de Henne

Coiffeur pour dames

Coiffeur pour dames

Les restes de mon bureau.

Les restes de mon bureau.

Le palais présidentiel

Le palais présidentiel

Babay Haiti payi cheri

Babay Haiti payi cheri

Et pour finir en chanson, je vous invite à écouter

Harry Belafonte chanter son amour pour Haïti:

Haiti cheri

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Au bout de la route

10/05/2010

… Au bout de la route, il y a un autre réalité de ce qu’est devenu Haïti aujourd’hui: des gens qui vivent hors du temps et de l’espace, dans des zone enclavées, avec peu de liens avec le monde extérieur. L’aide humanitaire ou le développement n’arrivent en général pas jusqu’à eux car, pour amener un sac de riz il faut au moins une route…

Nous partons à la découverte de la bande côtière de la pointe nord ouest d’Haïti. Les gens ici vivent essentiellement de la pèche et de la production de charbon: la déforestation est un problème majeur. L’accès à l’eau potable est aussi difficile car il y a peu de sources et elles sont souvent loin des habitations.

Village du bout du monde

Village du bout du monde à deux jets de pierre des côtes cubaines.

Eux vivent là et n'ont d'autre ressource que la mer. Lorsque les hommes sont trop faibles par partir pécher ou si la mer est grosse ils n'ont rien à manger.

Eux vivent à l'écart du village et n'ont d'autre ressource que la mer.

Lorsque la mer est grosse ou si les hommes sont trop faibles pour aller pécher, ils n'ont plus rien à manger.

Lorsque la mer est grosse ou si les hommes sont trop faibles pour aller pécher, ils n'ont plus rien à manger.

Mère Courage: Mary est enceinte de son neuvième enfant.

Mère Courage: Mary vit seule avec ses huit enfants et en attend un neuvième.

L'interieur de sa maison. Son mari est décédé il y a quelques mois et elle s'occupe seule de ses huit enfants.

Son mari est décédé il y a quelques mois et elle s'occupe seule de la famille. En attendant le petit dernier.

Le point d'eau le plus proche est à une heure de marche.

Le point d'eau le plus proche est à une heure de marche. Les champs sont secs car il n'a pas plu depuis des mois.

Stress hydrique: c'est quand il n'y a plus d'eau. Les seules sources pérennes sont de maigres filets qu'il faut utiliser pour la boisson, la toilette, la cuisine... Ce sont les enfants qui sont de corvée d'eau, parfois il faut marcher une à deux heures pour arriver à la source. Autant d'heures perdues pour l'éducation, la lecture ou le développement personnel. L'accès à l'eau potable est un droit humain fondamental, reconnu comme tel.

Stress hydrique: c'est quand il n'y a plus d'eau. Les seules sources pérennes sont de maigres filets qu'il faut utiliser pour la boisson, la toilette, la cuisine...

Ce sont les enfants qui sont de corvée d’eau, parfois il faut marcher une à deux heures pour arriver à la source. Autant d’heures perdues pour l’éducation, la lecture ou le développement personnel. L’accès à l’eau potable est pourtant un droit humain fondamental, reconnu par l’observation Générale N° 15 des Nations Unies de novembre 2002 qui précise que « le droit à l’eau garantie à chaque être humain de disposer pour son usage personnel et domestique d’une eau abordable, accessible  et saine, en quantité suffisante et de qualité acceptable« 

L’autre problème majeur de la région, c’est la déforestation. Les habitants n’ont souvent aucune autre source de revenus que le charbon de bois. Tous sont convaincus des dangers du déboisement, et tous savent que plus l’on coupe les arbres moins l’eau s’infiltre dans le sol. Le lien est clairement établis dans tous les esprits entre perte du couvert végétal et épuisement des sources. Pourtant, les besoins à court terme, la nécessite de nourrir ses proches font que des centaines de familles dépendent de la fabrication de charbon uniquement pour leur survie.

Fabrication du charbon de bois. Des millions d'haïtiens font leur cuisine au charbon. Il faut d'urgence introduire d'autres technologies, subventioner le gaz ou l'électricité.

Fabrication du charbon de bois. Des millions d'haïtiens font leur cuisine au charbon. Il faut d'urgence introduire d'autres technologies, subventionner le gaz ou l'électricité.

Il reste moins de 2% du couvert végétal du pays.

Il reste moins de 2% du couvert végétal du pays.

Consternation: ils découvrent que des inconnus ont abattus un Mapou centenaire à la sortie de leur village.

Consternation: ils découvrent que des inconnus ont abattus un Mapou centenaire à la sortie de leur village.

Peut-on encore sauver Haïti? J’en suis convaincu (sinon je ne serai pas là!) mais je crois qu’il faut vraiment mettre le paquet et vite car dans certaines régions le point de non retours est atteint: pour faire pousser des arbres il faut au moins un peu de terre. C’est aussi bien évidement un problème social et économique. Il faut mettre fin à la misère pour que les gens aient une autre alternative que le charbon. Cela ne peut se faire qu’au prix d’un effort massif de la communauté internationale et d’une mobilisation de tous les haïtiens.

Author: Julien Categories: Haïti Tags: ,

Bas Nord Ouest

05/05/2010

L’action humanitaire en Haïti ce sont toujours des aller-retours entre projets d’urgence et projets de développement. Nous partons avec un collègue faire une évaluation pour la rédaction d’un projet d’eau et assainissement dans la région du Bas Nord Ouest, Baie de Henne, Bombardopolis et Môle Sain Nicolas.

Là d'où j'écris ces lignes...

Là d'où j'écris ces lignes...La plage du Môle Saint Nicolas

Il s’agit d’une région enclavée, « en bout de ligne », avec un gros problème de partage de la ressource en eau. Les pluies sont faibles et à cause de la déforestation les sols absorbent moins d’eau donc les aquifères ne se rechargent plus autant qu’avant. Il y a des sources mais mal réparties sur le territoire. Les gens doivent fréquemment marcher plus d’une heure pour aller chercher de l’eau.

La région est magnifique, sauvage et riche du point de vue culturel et historique: c’est par là que les Français se sont installés en Haïti, depuis l’ile de la Tortue. On trouve une vingtaine de forts au Môle Saint Nicolas,  des canons un peu partout et une incroyable poudrière encore intacte. C’est vraiment l’ambiance pirates des Caraïbes!

La poudrière du Môle Saint Nicolas

La voute de la poudrière du Môle Saint Nicolas

Combien de gallions espagnols ce canon a-t-il coulé?

Combien de gallions espagnols ce canon a-t-il coulé?

C’est bien sur une région de marins, car les routes sont si mauvaises qu’il vaut mieux faire voyager les marchandises par bateaux. On utilise encore des vieux gréments tout en bois qui peuvent porter jusqu’à 40 tonnes de marchandise.

Carénage du Môle Saint Nicolas

Carénage du Môle Saint Nicolas

Départ de pécheurs dans la baie du Môle

Départ de pécheurs dans la baie du Môle

Chantier de réparation navale, Môle Saint Nicolas

Chantier de réparation navale, Môle Saint Nicolas

Préparation des peintures pour calfater le bateau

Préparation des peintures pour calfater le bateau

Pour tous vos séjours dans la région une seule adresse: le Boukan-guinguette sur la plage du Môle Saint Nicolas super ambiance, très bons repas et bivouacs sur la plage! Adresse:

boukanguinguette@yahoo.fr

Aussi accessible par la mer (très bon mouillage naturel dans la baie) en partant des Antilles sur la gauche en allant vers Cuba ou la Jamaïque!

Le Boukan-guinguette plage du Môle Saint Nicolas

Le Boukan-guinguette plage du Môle Saint Nicolas

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Retour sur quelques ruines

08/04/2010

Week end pascal trois mois après le tremblement de terre du 12 janvier: l’occasion de visiter un peu les environs et de revenir sur quelques sites que j’aimais particulièrement « avant » le séisme et dont j’espérais qu’ils seraient encore debout…

Tout d’abord, la ville de Petit Goave à deux heures de voiture de Port au Prince. Elle est plus proche de l’épicentre du séisme que la capitale et du coup a été bien affectée. J’avais eu l’occasion d’y passer plusieurs fois: c’était une belle ville active, avec un important marché et des centaines de commerces.

La rue principale de Petit Goaves avant le séisme...

La rue principale de Petit Goaves avant le séisme...

... La même aujourd'hui

... La même aujourd'hui

Le fleuron de Petit Goave était le « Relais de l’Empereur », un sublime hôtel centenaire dont j’avais déjà publié des photos dans ces pages. Je m’attendais vraiment à le voir intact, car à Port au Prince les vieux bâtiments ont plutôt mieux résisté que les modernes. Hélas, quelle ne fut pas ma tristesse de découvrir une dent creuse dans la rue principale, pile à l’emplacement du Relais: effacé, oblitéré, plus une brique…

Là où était avant le Relais de l'Empereur

Là où était avant le Relais de l'Empereur

In memoria: le Relais de l'Empereur

In memoria: le Relais de l'Empereur

Mais qu'est devenue la peau de tigre?

Mais qu'est devenue la peau de tigre?

Démoralisé, nous repartons vers la communauté paysanne de Vallue, dans les mornes au dessus du col du Tarpion qui sépare Petit et Grand Goave. La zone a aussi été affectée. Le morne Tarpion est sillonné de puissants éboulements (visibles sur Google Earth!), qui témoigent de la puissance du choc. La communauté de Vallue, que nous avions déjà visité et à laquelle je me promettais de consacrer un article, se trouve au dessus de Grand Goave, dans la montagne. La zone a été dynamisée dans les années 60 – 70 par un agronome du cru, qui a eu le l’idée d’y monter un projet de développement intégrant agriculture, marché paysan et éco – tourisme. Le système a bien fonctionné et Vallue est vraiment un village à part en Haïti. On y trouve un hôtel – restaurant, des résidences d’artistes, une école, un marché, et surtout des gens heureux, accueillants et visiblement épanouis. Enfin, ça c’était avant…

L'hôtel de Vallue

L'hôtel de Vallue

A Grand Goave se trouve aussi la Villa Taïna, où nous avions passé plusieurs weekend. Par pudeur je ne m’étendrai pas sur le sujet. Christian si par hasard vous lisez ces lignes, sachez que nous sommes de tout cœur avec vous et que je n’oublierai jamais les moment de bonheur passés à la Villa, ni les langoustes ni les petits rhums arrangés. Je sais que vous vous en êtes tous les deux sortis vivants et je serai heureux d’avoir de vos nouvelles. Toute ma sympathie dans cette épreuve.

Adieu Taïna

Adieu Taïna on ne t'oubliera pas

Retour à Port au Prince. Nous escaladons la « Tour 2004″ sur le Champ de Mars, pour « admirer » la vue au coucher du soleil.

Le palais présidentiel

Le palais présidentiel

La statue de l'empereur Christophe, sur le Champ de Mars

La statue de l'empereur Christophe, sur le Champ de Mars

Vilage de tente sur le Champ de Mars. Combien de temps les gens vont -ils tenir ainsi?

Village de tentes sur le Champ de Mars. Combien de temps les gens vont -ils pouvoir tenir ainsi?

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Haïti deux mois après le séisme

12/03/2010

Articles sur le même  thème:
Youphil
Relief Web
RFI

12 janvier / 12 mars : deux mois après le tremblement de terre qui a ravagé Port au Prince, où en sommes nous? Dans le centre ville, la vie tente de reprendre son cours normal. Les camps spontanés de sinistrés s’organisent de mieux en mieux, avec l’aide des ONG et de la Protection Civile haïtienne. La plupart des familles qui avaient déserté le centre ville dans l’immédiate après crise sont revenues, ou du moins ont renvoyé une personne pour sécuriser les biens restant sous les décombres ou encore trouver un travail. Les maisons détruites ou dangereuses sont au fur et à mesure écrasées par des engins lourds, puis les gravats aplatis au rouleau compresseur pour faire de l’espace. Plus tard sur ces places dégagées, des villages de tentes s’installeront pour désengorger les camps spontanés du centre ville.

Pour l’organisation avec laquelle je travaille, nous avons atteints nos objectifs en terme de livraison d’eau potable (75 000 personnes tout de même) et nous sommes en train de voir si il reste des besoins pas couverts sur de nouvelles zones. Le programme « latrines » est lui plus en retard, car nous rencontrons de grosses difficultés (dont j’ai déjà parlé dans ces pages) pour creuser des fosses dans un environnement urbain, surpeuplé et au sous sol rocheux… Du coup nous nous orientons vers des latrines à fosse sceptique que l’on fera vidanger avec des camions siphon.

La nouveauté du moment, ce sont ces nouveaux camps spontanés qui se montent en périphérie de la ville, au nord de la Plaine du Cul de Sac. C’est une zone aride, polluée par  la décharge toute proche, sans même un arbre pour s’abriter du soleil. Il n’y a pas d’eau, pas de source ni de puits à proximité. En parallèle, le gouvernement essaye toujours de monter des camps semi permanents pour reloger les sinistrés, mais se heurte à un problème de disponibilité des terres: il n’y a pas d’espace en zone non inondable qui soit suffisamment grand pour accueillir les quelques 200 000 bénéficiaires potentiels…

Camp en cours d'installation

Camp en cours d'installation

Poste de santé à l'entrée d'un camp spontané

Poste de santé à l'entrée d'un camp spontané

Arrivée d'un camion de distribution dans un nouveau camp

Arrivée d'un camion de distribution dans un nouveau camp

Le centre ville: village de tentes installées sur une zone "viabilisée" au rouleau compresseur

Le centre ville: village de tentes installées sur une zone "viabilisée" au rouleau compresseur

Rue du centre ville: les petits commerces reprennent vie

Rue du centre ville: les petits commerces reprennent vie

Il reste un petit problème d'assainissement et de gestion des déchets solides...

Il reste un petit problème d'assainissement et de gestion des déchets solides...

Quel futur pour Port au Prince?

Quel futur pour Port au Prince?

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Décharge de Truitier (Cité-Soleil)

27/02/2010
Articles traitant du même thème:
Unicef
Objectifs du Millénaire pour le Développement

Les damnés de la terre, les parias, les derniers des oubliés, les voici :  ils vivent et travaillent sur le site de décharge de Truitier, à coté de Cité Soleil à la sortie de Port au Prince.

Décharge de Truitier, février 2010

Décharge de Truitier, février 2010

Chaque jour une nuée de camions déverse ici les ordures de Port au Prince. Il n’y a pas d’incinérateur ni de traitement. Tout est trié à la main par une armée de gamins qui récupèrent ce qui peut l’être – en gros tout ce que les cochons et les chèvres  ne mangent pas: métaux, bouteilles en plastique, verre… Malgré le chaos apparent, les choses sont organisées, et la municipalité a appris à gérer la pénurie au mieux avec les moyens du bord et le soutien de quelques ONG. Il manque une vraie politique d’assainissement et de gros investissements pour construire un incinérateur et un centre de tri dignes d’une métropole de deux millions d’habitants.

Recyclage et tri sélectif

Recyclage et tri sélectif

Depuis le séisme le site s’est vu agrémenté de deux nouvelles fosses: une pour les « déchets bio médicaux » (appellation « politiquement correcte » pour désigner les membres amputés dans les opérations d’urgence) et une pour les boues de latrines que les ONG installent en ville car il est impossible de creuser des fosses dans les rues goudronnées et encombrées de réseaux (voir ici). Grâce à ces fosses l’impact environnemental est limité – le site de Truitier est de toute façon déjà contaminé pour des années.

Les maladies respiratoires sont ici largement au desus de la moyenne.

Les maladies respiratoires sont ici largement au dessus de la moyenne.

Consommez, consommez, il en restera toujours quelque chose...

Consommez, consommez, il en restera toujours quelque chose...

Dans le monde, 2,6 milliards de personnes dont 980 millions d’enfants n’ont pas accès au plus élémentaire des réseaux d’assainissement.  L’un des objectifs de développement du millénaire était de réduire par deux le nombre d’être humains sur terre n’ayant pas accès à un service minimum d’assainissement. Malgré les efforts faits (2008 : année internationale de l’assainissement), cet objectif ne sera pas atteint d’ici 2015.

D’après l’UNICEF, le manque d’infrastructures d’assainissement entraine chaque année la mort de 1,5 millions d’enfants. Ceux de Truitier compris.

Voir aussi les photos de la décharge de Freetown (Sierra Leone)

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Le Champ de Mars

21/02/2010

Imaginons la place des invalides couverte de réfugiés qui campent sous des abris de fortune… C’est le Champ de Mars, l’un des plus gros camps de sinistrés de Port au Prince, au bas mot 20 000 personnes dépourvues de tout.

L’aide humanitaire a dans un premier temps consisté à fournir de l’eau potable : une dizaine de points de distribution ont été installé, fournis en eau à partir d’un forage situé  sous la « Tour 2004″, en plein cœur de la place.

Tous les jours de nouveaux abris se construisent

Tous les jours de nouveaux abris se construisent

Mis à part l’eau potable, le plus gros problème est l’assainissement: une telle concentration de population nécessite la mise en place de latrines pour éviter la contamination de l’eau par les excrétas. Or ici tout complique l’installation de latrines. D’abord il est impossible de creuser des fosses car les rues sont goudronnées et le sous sol parcouru de réseaux de toutes sortes. Un autre problème est la densité de population qui empêche de déployer des latrines à vidange. Après avoir réfléchis avec les autres acteurs du domaine « eau et assainissement » (WASH), nous sommes tombés d’accord pour dire que la seule solution jouable est l’installation de latrines portables de chantier, qui sont louées à une société de service et nettoyées chaque nuit. Bien qu’ extrêmement cher (environ 20 dollars par jour par latrine…) ce système à l’avantage de pouvoir se déployer rapidement et apporte toutes les garanties environnementales.

Une dame pipi entre en action sous la collone de la constitution

Une dame pipi entre en action sous la colonne de la constitution

Chaque bloc de 10 latrines est placé sous la surveillance d’une « dame pipi » qui distribue le papier hygiénique et qui rappelle aux utilisateurs de bien se laver les mains au robinet installé à coté des latrines. Toutes les études montrent que, dans des cas similaires de camps de réfugiés avec une grosse densité de population, le lavage des mains au savon reste l’outil le plus efficace pour limiter la propagation des maladies à transmission oro fécale.

Nettoyage des latrines

Nettoyage des latrines

Au plein milieu du champs de mars se dresse la « tour 2004″ et au pied de cette tour nous avons installé deux stations de potabilisation, une d’une capacité de 10 m3 / heure, l’autre de 5 m3. Grâce à ces deux stations qui tournent 15 heures par jour, toute la population du Champs de Mars est alimentée en eau. L’eau provient d’un forage de 35 mètres de profondeur, qui servait auparavant à alimenter les fontaines et arrosage des pelouse du palais présidentiel… Cette eau est ensuite transportée par camions au points de distribution. D’ici quelques mois les rotations de camion seront remplacées par un mini réseau gravitaire, si le camp est maintenu sur le Champs de Mars.

Visite de la station de potabilisation avec des journalistes

Visite de la station de potabilisation avec des journalistes

La zone est placée sous la surveillence des parachutistes US

La zone est placée sous la surveillence des parachutistes US

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

La réponse humanitaire

13/02/2010

Un mois après le séisme du 12 janvier, la réponse humanitaire commence à bien s’organiser. Il s’agit tout simplement de l’une des plus grosses opérations humanitaires de tous les temps, avec ce que cela implique de volume d’activités, de fret, de personnels, etc. Pour ce qui est de mon domaine, l’eau et l’assainissement, dont je suis toujours le coordinateur pour tout le pays, nous sommes passés en quelques jours à Port au Prince de rien à 5 expatriés et 140 employés locaux… En effet, nous n’avions aucun projet sur l’aire métropolitaine avant le séisme, et nous avons perdu tout notre bureau – et un employé – dans la bagarre…  Nous en sommes aujourd’hui à 40 points de distribution d’eau chlorée, 16 camions qui tournent tous les jours, 5 stations de potabilisation installées dont une sous la « Tour 2004″ en plein cœur du Champs de Mars, des dizaines de latrines construites et des promoteurs à l’hygiène qui sillonnent les camps de sinistrés. Avec des problématiques hors normes, qui soulignent le caractère exceptionnel de l’événement: quasi impossibilité de creuser des fosses pour les latrines car les rues sont goudronnées et le sous sol encombré de divers réseaux, manque de place, manque de matériaux de construction, etc.

Réservoir souple de 10 m3 sur la place du Champs de Mars

Réservoir souple de 10 m3 sur la place du Champs de Mars

Distribution d'eau potable, Léogane

Distribution d'eau potable, Léogane

Nous aussi dormons sous la tente: le jardin de la maison est devenu un camping municipal qui abrite une quarantaine d'expatriés...

Nous aussi dormons sous la tente: le jardin de la maison est devenu un camping municipal qui abrite une quarantaine d'expatriés...

Unité de potabilisation (capacitée : 10 m3 / heure)

Unité de potabilisation (capacité : 10 m3 / heure)

Controle de la qualité de l'eau sur site

Controle de la qualité de l'eau sur site

En plus de la réponse humanitaire classique on note un impressionnant déploiement de l’armée américaine avec des moyens aéroportés assez incroyables (pour les amateurs…).

UH 60 "Black Hawk" au dessus du palais présidentiel

UH 60 "Black Hawk" au dessus du palais présidentiel

Hélicoptère de transport lourd CH 53 E Super Stalion

Hélicoptère de transport lourd CH 53 E Super Stalion

En patrouille vers l'aéroport.

En patrouille vers l'aéroport.

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

12 janvier 2010

07/02/2010

Une pensée pour tous ceux qui ont perdu des proches ou ont été physiquement atteints par ce drame qui nous a tous touché profondément.

Ce qu'il reste du bureau...

Ce qu'il reste du bureau...

Le 12 janvier à 16 heures 50 j’étais en train de téléphoner à une collègue exactement derrière cette voiture, sous la véranda. Dès la première fraction de seconde j’ai compris en sentant le sol vibrer qu’il s’agissait d’une secousse et j’ai hurlé dans le téléphone « putain un tremblement de terre » avant de me jeter dehors. L’instant d’après le bureau s’effondre juste dans mon dos. Pour avoir de nombreuses fois participé à des réunions de préparation aux désastres avec la Protection Civile haïtienne, je savais que Port au Prince est une zone sismique et que le « big one » nous pendait au nez. Du coup j’ai compris tout de suite ce qui était en train de se passer… L’immédiate suite fut un nuage de poussière impressionnant. Je me suis relevé, et comme dans les BD j’ai compté mes bras et mes jambes… puis j’ai appelé mes collègues, qui étaient eux à l’étage et du coup sont tombés avec le bureau. Des voix ont répondu et j’ai vu des silhouettes couvertes de plâtre sortir des décombres… Un rapide comptage nous montre que nous sommes tous là sauf un employé manquant à l’appel dont nous ne savons pas s’il est encore dessous ou pas. Impossible de s’aventurer sous les décombres pour le secourir d’autant plus que les répliques sont nombreuses. Aucun téléphone ne fonctionne et tous n’avons qu’une obsession: contacter nos proches, nos femmes,  nos familles restés à la maison ou au pays dont nous sommes sans nouvelles. La situation a première vue ne semble pas des plus optimistes: dans le quartier du Canapé Vert où nous nous trouvons, toutes les maisons sont par terre. Un voisin crie que sa femme est sous les décombres. Le toit de sa maison, une dalle en béton, est posé comme un crêpe sur le sol. Tout ce qui est dessous est écrabouillé. Les gens sont tous dans la rue et semblent frappés d’hébétude. De proche  en loin montent des quantiques et des prières en créole, tandis que la fumée des incendies obscurcie le ciel : les mots « fin du monde » raisonnent dans ma tête avec soudainement une tout autre signification, beaucoup plus concrète…

Première nuit à la belle étoile...

Première nuit à la belle étoile.

Les 20 minutes de marche qui séparent le bureau de la maison furent les plus longues et les plus angoissantes de ma vie. D’abord, la terreur absolue avec une question unique: allai-je retrouver vivante mon amie et les autres habitants de la maison? Ensuite, une vision dantesque, au sens propre: des damnées errent dans les rues, abattus, couverts de sang et de poussière, sans but ni assistance. Les morts et les blessés jonchent les rues. Aucune ambulance, aucun camion de pompier ne peut passer dans ces rues étroites jonchées de gravats. A tel ou tel carrefour on entasse bien morts et vivants dans un pickup ou un taxi collectif, mais où aller ensuite?

Arrivé vers Paco le quartier résidentiel où nous habitons je reprends un peu d’espoir: les maisons sont moins touchées, l’endroit semble avoir été relativement épargné. De fait, du bout de la rue j’aperçois notre maison, debout et devant la porte une silhouette familière… Soulagement, embrassade, enfin le sentiment de s’en être tirés se concrétise. Mais déjà il faut s’organiser pour la nuit. Hors de question de dormir dans la maison, dont une rapide inspection me confirme qu’elle est fissurée en plusieurs endroits. Il faut bivouaquer dehors. Et pour cela, récupérer les « malles sécu » qui renferment radio, lampes torche et nourriture. Alors que je sors la dernière malle, une  réplique me fait encore faire un sprint record… Enfin nous nous installons, sur des fauteuil, bien au milieu du jardin là où rien ne peut nous tomber dessus. Plus tard nous recevons enfin un appel de mon collègue qui confirme que sa famille est OK et regroupée chez lui. Nous sommes alors pleinement rassurés car nous étions sans nouvelle de son fil et de sa femme.

La ville est étrangement calme mais à chaque réplique nous entendons au loin les hurlements de terreur de la foule. Le téléphone ne passe toujours pas. Nous écoutons RFI. Vers minuit la nouvelle commence à tomber. Minuit ici, 6 heures du matin en Europe: nos proches au pays vont avoir un réveil difficile…

Ce qu'il reste d'un hôpital à coté du bureau.

Ce qu'il reste d'un hôpital à coté du bureau.

Dès le lendemain, nous nous retrouvons avec le reste de l’équipe au bureau pour un point complet. Nous n’osons pas nous aventurer pour récupérer nos affaires. De mon coté, j’ai perdu mon ordi, mes papiers, ma CB, mon argent, toutes mes archives professionnelles… (Je devrai plus tard en retrouver une partie lors d’une mission de sauvetage opérée par un super logisticien, merci à lui). L’après-midi, je participe à une première réunion du « Cluster WASH », un groupe de travail regroupant les agences des Nations Unies et les ONG opérant dans le domaine de l’eau et assainissement: nous sommes alors opérationnels et dès le lendemain, les opérations de fourniture d’eau en urgence commencent.

Chateau d'eau

Château d'eau intact: le réseau municipal n'a pas trop souffert

Plusieurs axes de travail se dessinent: expertiser le réseau municipal et voir si l’on peut ou pas le réparer. Installer des « bladders », sorte de grands réservoirs souples de 5, 10 ou 15 m3, que l’on peut remplir d’eau à partir de camions citernes. Installer des stations de potabilisation pour traiter l’eau de boisson. Creuser des fosses pour des latrines. Lancer des campagnes de promotion de l’hygiène dans les sites de regroupement des populations, l’expérience montrant que le lavage des mains est la chose la plus efficace pour limiter les épidémies. Rien n’est simple dans ce contexte, mais chaque jours nous progressons en installant des points de distribution d’eau et des latrines.

Instalation d'un réservoir souple

Installation d'un réservoir souple

Rue du centre ville

Rue du centre ville

Hôpital de campagne des pompiers de Saint Domingue

Hôpital de campagne des pompiers de Saint Domingue

Un jour deux semaines après le séisme, nous croisons une colonne de pompiers français qui semble chercher son chemin. Nous pensons savoir où ils doivent aller: sur les ruines d’un immeuble que nous avons croisé quelques minutes plus tôt, où l’on nous a dit qu’il y avait un survivant. Nous ouvrons la route aux pompiers et les amenons à l’endroit. Ils se déploient aussitôt et réussissent à sauver une gamine de 16 ans qui est restée bloquée 15 jours sous son immeuble…

La sécurité civile française en action

La sécurité civile française en action

Sauvetage

Le sauvetage

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Sur les hauteurs de Pétion Ville.

12/10/2009

Que faire le dimanche à Port au Prince?

Monter en voiture à Kenskoff, sur les hauteurs de Pétion Ville. Un petit paradis loin du bruit et de l’agitation de la ville. Loin de la chaleur surtout, car on monte directement du niveau de la mer a 1500 m d’altitude.

Jeunes cavaliers sur la route de Kenskoff

Jeunes cavaliers sur la route de Kenskoff

Village d'altitude dans les mornes

Village d'altitude dans les mornes

Sur la route on peut s’arrêter sur les hauteurs de Fermathe pour visiter le Fort Jacques, construit par Pétion après l’indépendance pour dissuader les français d’un retour par la mer sur l’île. Le fort domine la rade de Port Au Prince, et l’on peut voir les navires arriver de loin du moins quand il n’y a pas trop de brouillard…

Fort Jacques

Fort Jacques

L'interieur du fortin

L'intérieur du fortin

Pour ceux que les monuments historiques ne passionnent pas on peut aussi passer un bon moment typiquement haïtien: se prélasser au son des tambourinaires en sirotant un petit rhum. D’ailleurs les musicos sont les premiers consommateurs…

Un après midi typiquement haïtien...

Un après midi typiquement haïtien...

Suite à quoi il n’y a plus qu’à rentrer…

cavaliers

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Dlo se sous lavi

30/09/2009

La moitié des 8 millions d’haïtiens n’ont pas accès à de l’eau de qualité. Pourtant, la nature du sol et le relief de l’île font que l’on trouve des milliers de sources et de puits artésiens dans tout le pays. Beaucoup de ces sources sont captées et servent à alimenter des petits réseaux d’eau. Le parc d’installations est généralement dans un état précaire, abimé par les cyclones à répétition ou délaissé par les utilisateurs et les structures en charge de la gestion.

Source captée sur les hauteurs de Kenskoff

Source captée sur les hauteurs de Kenskoff

Comme souvent dans d’autres pays, ce sont les femmes et les fillettes qui vont puiser l’eau. Ici elles peuvent aussi utiliser des ânes pour soulager leur fardeau. Les femmes vont chercher l’eau, les hommes ont les cordons de la bourse et décident  de réparer ou pas les infrastructures: de là  à penser que les deux sont liés il n’y a qu’un pas à franchir.

Ce forage ne fonctionne plus depuis des années et devra être rénové.

Ce forage ne fonctionne plus depuis des années et devra être rénové.

Le secteur de l’eau potable en Haïti est actuellement en réforme, depuis le vote par le parlement d’une nouvelle loi visant à redistribuer les rôles de l’ensemble des acteurs: autorité de régulation, exploitant et maitre d’ouvrage. Car, si l’accès à  l’eau potable reste un droit humain (comme je le disait déjà pour la Sierra Leone ici), il semble normal qu’à partir du moment où elle est traitée et distribuée, l’eau soit payante.

Boite de captage dans le Nord Ouest

Boite de captage bonne pour une rénovation

Fontaine publique dans le département du Nord Ouest

Fontaine publique dans le département du Nord Ouest

Les personnes n’ayant pas accès à un puits moderne ou à un réseau utilisent des eaux de surface ou installent chez eux des dispositifs de collecte d’eau de pluie. En ville les gens ont aussi l’habitude d’acheter au gallon de l’eau traitée par osmose inverse.

Forage équipé d'une pompe à bras

Forage équipé d'une pompe à bras

Au milieu coule une source...

Et au milieu coule une source...

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Haïti au Mamiya

24/07/2009
Hommage à Wayne Shorter (album Speak No Evil, Blue Note 1964)

Hommage à Wayne Shorter (album Speak No Evil, Blue Note 1964)

Mama Mia!

Le Mamiya C 330 (comme son petit frère le C 220) est l’un des derniers appareils bi-objectifs a avoir été produit: sa fabrication s’est arrêtée en 1974 (plus d’infos ici) et d’autres versions on été produites jusque dans les années 80. Il constitue une bonne  introduction au monde du moyen format argentique car à la différence des Rolleiflex des années 50 les Mamiya sont généralement encore en bon état mécanique car produits plus récemment. Leur solidité est légendaire. Ils offrent de plus la particularité de pouvoir changer l’objectif sans avoir à terminer le film.

Le seul désavantage du Mamiya est son encombrement et son poids : dans les deux kilos avec l’objectif, de quoi décourager plus d’une ballade. Sans compter qu’il vaut mieux s’armer d’un pieds pour fignoler cadrage et mise au point. Et pourtant… quel plaisir de s’arrêter, d’étudier le paysage, de voir la lumière changer pour attendre le bon moment, de cadrer, d’attendre encore l’apparition d’un personnage dans le cadre… pour s’apercevoir au moment de déclencher qu’on a laissé la sécurité engagée, ou qu’on a oublié d’armer, ou de renseigner les « zazas » sur la cellule ou de corriger l’indicateur de parallaxe… et oui rien n’est automatique ici et au début il y a un peu de déchet! Mais il ne faut pas se décourager, les vielles habitudes reviennent vite et au bout de quelques rouleaux on arrive a des résultats satisfaisants. Comme par exemple  avec pécheurs pris au petit matin sur la côte des Arcadins entre Montrouis et Saint Marc (film Tmax 400 iso, f. 16).

Relever les filets (1)

Relever les filets (1)

Relever les filets (2)

Relever les filets (2)

Ici quelques prises de vues en couleurs effectuées avec un objectif 80 mm, soit un grand angle en 24×36 (dans les 35 mm je crois). Film: Kodak 160 Natural Colors. Ouverture à  f. 16 en général.

Miragoane (Haïti), 2009

Miragoane (Haïti), 2009

Miragoane (Haïti), 2009

Miragoane (Haïti), 2009

Le port de Miragoane

Le port de Miragoane

Miragoane

Miragoane

Jeune berger, Montagne Lavu, Haïti (2009)

Jeune berger, Montagne Lavu, Haïti (2009)

Voila pour la couleur. On peut bien entendu aussi faire du noir et blanc, ici avec une Ilford FP4+. Bon pour le N et B c’est encore plus exigeant surtout en ce qui concerne le développement et la numérisation des cliché. Pour le moment j’ai pas grand chose  à publier si ce n’est ces photos:

Case créole, Grand Goave (2009)

Case créole, Grand Goave (2009)

Case créole, Grand Goave (2009)

Case créole, Grand Goave (2009)

A suivre!

Author: Julien Categories: Haïti Tags: , ,

More Lomo

18/07/2009
Rivière La Quinte vers les Gonaïves

Rivière La Quinte vers les Gonaïves

Voici quelques clichés pris au Lomo en Haïti. Le Lomo c’est ce petit appareil d’origine soviétique dont j’ai déjà parlé ici. Il est toujours amusant d’essayer des films et de les faire développer dans des pays comme Haïti: en général ils sont périmés depuis des lustres et les résultats peuvent être assez surprenants.Ici une photo typique de « l’effet Lomo »: vignetage marqué sur les bords (zones sombres sur les cotés de la photo), couleurs saturées et lignes déformées par le grand angle (32 mm).

Lavoir municipal

Lavoir municipal

Ici une photo dont le négatif était tellement abimé après le passage entre les mains d’un laborantin peu scrupuleux qu’il n’y avait pas d’autre solution que d’accentuer le coté rétro et « déglingué » pour en faire un vieux tirage…

Le négatif original...

Le négatif original...

Le même après un petit passage chez Photoshop...

Le même après un petit passage chez Photoshop...

Le « Scan du pauvre »

Pas facile lorsque l’on est en déplacement de scanner ses négatifs et les labos sur place n’offrent pas toujours ce service. Reste la solution du « scan du pauvre »: photographier en macro le négatif. Pas si simple qu’il n’y parait à première vue mais peut être utile. Il y a plusieurs techniques mais la plus simple est de scotcher le négatif sur une vitre bien propre si possible en hauteur pour ne pas avoir de d’arrière plan trop encombré. S’il y a du soleil on peut avoir des résultats intéressants comme sur cet exemple:

Maison de plage (Freetown)

Maison de plage (Freetown)

Author: Julien Categories: Haïti Tags: ,

Animaux Haïti

06/07/2009

Haïti Nature

Haïti n’est pas a priori un endroit particulièrement attractif pour la photographie animalière tant l’environnement y est dégradé. On trouve cependant deux ou trois sites intéressants pour l’observation d’oiseaux, comme par exemple le « trou Caïman » à la sortie de Port au Prince après Croix des Bouquets ou même le jardin de notre maison pour les grenouilles et… les mygales.

La camargues? Non, le Trou Caïman à Port au Prince
La Camargue? Non, le Trou Caïman à Port au Prince
Le même Trou Caïman (photo prise au Lomo)
Le même Trou Caïman (photo prise au Lomo)

Le Trou Caïman (aussi connu localement sous le nom de  Dlo Gaye ) est comme son voisin l’étang saumâtre le reliquat d’un bras de mer qui s’étendait jadis sur la pleine du Cul de Sac, entre  ce qui est aujourd’hui Port au Prince et la frontière avec le République dominicaine. L’eau y est légèrement salée (mais moins que dans l’étang saumâtre). Chose miraculeuse en Haïti, l’endroit est relativement bien préservé (relativement…): l’un des rares coins de nature à proximité de Port au Prince, où l’on peut observer de nombreuses espèces d’oiseaux telles que Hérons, Grèbes à bec bigarré, Aigrettes, Anis, Gallinules poule d’eau et bien sur Flamand roses.

Héron Vert
Héron Vert (Butorides virescens)
Rapace non identifié (Buse?)
Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus)  (Merci à Evelyne pour l’identification). Il s’agit en fait du seul rapace piscivore des Antilles: j’aurai dû noter ce détail…
Crécerelle d'Amérique

Crécerelle d'Amérique (Falco sparverius)


Lézard à queue courbée d'Haïti (Leicocephalus Personatus)

Lézard à queue courbée d'Haïti (Leicocephalus Personatus)

Grenouille (à la Villa Taïna)
Grenouille (à la Villa Taïna)

Mygale dans le jardin de la maison. Ouille...
Mygale dans le jardin de la maison. Ouille…

Dans la piscine... (1)

Dans la piscine... (1)

Dans la piscine... (2)

Dans la piscine... (2)

Pic d'Hispaniola (Mâle)

Pic d'Hispaniola (Melanerpes striatus)

(To be continued…)

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Mer et Bateaux

19/05/2009

Haïti

Haïti étant une île, on y trouve toutes sortes de bateaux, pirogues et barques souvent construits en bois et équipés de voiles. Ces embarcations servent encore de nos jours au transport entre l’ile principale – Hispagnola – et les îles secondaires : îles de la Gonave, de la Tortue, île à Vache…

Le Mercenaire

Le Mercenaire

pirogue de pèche

pirogue de pèche

Barque de pèche, Petit Goave

Barque de pèche, Petit Goave

Epave de navette - Petit Goave

Epave de navette - Petit Goave

Voilier de transport, Grand Goave

Voilier de transport, Grand Goave

Ces embarcations sont toujours utilisées en Haïti pour transporter des marchandises – ici des sacs de ciment – entre les diférentes îles. Cette photo malgrè son air rétro a été prise (au Lomo…) en 2009.

Sierra Leone

La Sierra Leone compte 400 Km de côtes et de nombreuses îles. Freetown est un port en eaux profondes qui accueille  nombre de porte containers et cargos.

cargo

cargo

Barque dans la mangrove à marée basse, Cockle Bay.

Barque dans la mangrove à marée basse, Cockle Bay.

To be continued…

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Express Partout

03/05/2009

- A la découverte d’Haïti

Depuis Novembre 2008 me voila en Haïti. Beaucoup de travail et seulement de rares occasions de visiter le pays.

Dans les Mornes

Dans les Mornes

Commençons par Port de Paix et la partie Nord de l’île…

Port de Paix - Provisions alimentaires

Port de Paix - Provisions alimentaires

Port de Paix - vendeur de pop-corn

Port de Paix - vendeur de pop-corn

Port de Paix - Mur peint et repeint (détail)

Port de Paix - Mur peint et repeint (détail)

Port de Paix est le chef-lieu du Département du Nord Ouest. Juste en face à un jet de pierre se trouve l’île de la Tortue, jadis repaire des pirates et boucaniers. Pas loin non plus de Port de Paix se trouve la Baie des Moustiques où dit-on Christophe Colomb débarqua à Hispagnola et planta une croix. La ville est active, boueuse mais relativement agréable comparée à d’autres villes d’Haïti.
Hard Soldiers of Port de Paix

Hard Soldiers of Port de Paix

Centre ville, Port de Paix

Centre ville, Port de Paix

Port de Paix International Airport

Port de Paix International Airport

Pour quitter la ville on prend le petit vol de la Tortug’ Air. Les mesures de sécurité de l’aéroport ont été renforcées: on a taggé à la bombe « pa antwe la » sur le mur du parking. Authentique: la piste est une rue de terre en pleine ville. A chaque arrivée d’avion des employés utilisent des sifflets pour faire dégager passants et animaux. On atterrit au milieu des poules, des gens et des ânes.

Si on ne veut pas prendre l’avion il reste la solution du bus. Haïti récupère et recycle tous les vieux « school bus » US. Florilège…

Bus - route des Gonaïves, vers Anse Rouge.

Bus - route des Gonaïves, vers Anse Rouge.

A chaque fois ça me rappelle le gag de Gil Jourdan dans « l’Enfer de Xique-Xique » quand ils vont à la gare routière prendre un bus local et que le panneau dit : « Départ – 8 heures. Arrivée – Regardez votre montre (si elle marche encore)« …

Passage à gué sur la route entre Port de Paix et Gros Morne

Passage à gué sur la route entre Port de Paix et Gros Morne

Dans la Plaine de l'Artibonite

Dans la Plaine de l'Artibonite, à la grâce de Dieu...

Le Sud

Laissons Port de Paix pour l’autre extrémité du pays, Jacmel, Miragoane, Petit et Grand Goave… Jacmel fut  autrefois un important centre commercial: la quasi totalité de la production mondiale de café au XIX° venait d’Haïti!  Maisons d’affaires, entrepôts et négoce du café, de la canne à sucre et bien sur du rhum firent au 19ème siècle la réputation de la ville. La côte sud du pays est plus calme, moins exposées aux tempêtes et autres cyclones et plus développée que la partie Nord. On y trouve des perles, tel le fameux « relais de l’Empeureur » à Petit Goave.

Au Relais de l'Empereur (Petit Goave)

Au Relais de l'Empereur (Petit Goave)

Peut être une des seules rues calmes de l'ïle: Jacmel.

Peut être une des seules rues calmes de l'île: Jacmel.

Jacmel

Jacmel

Jacmel

Jacmel

Maison d'affaires

Maison d'affaires

Maison d'affaires (2)

Maison d'affaires (2)

TO BE CONTINUED…….

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Les Gonaïves

23/04/2009

En Haïti la ville des Gonaïves (200 000 habitants) a été durement frappée par les évènements climatiques extrêmes de Septembre 2008. La rivière La Quinte est sortie de son lit et a inondé une bonne partie de la ville. Lorsque la crue s’est retiré, les eaux chargées de sédiments arrachés aux collines environnantes ont laissé une épaisse couche de boue sur toute la ville. Six mois après le drame, on est toujours en train de nettoyer les rues, de reconstruire les maisons et de ré-activer l’accès aux services de base.

Sur la route...
Sur la route…

Sur la route des Gonaïves, avant d’entrer en ville la route fait une déviation pour éviter le Lac Jeanne, qui s’était formé suite aux inondations de 2004 causées par le cyclone Jeanne. En Haïti, on compte les années en fonction des cyclones…

L' avenue des Dattes en cours de nettoyage
L’ avenue des Dattes en cours de nettoyage

Arrivé dans le centre, ce qui frappe c’est d’abord la boue, partout.  Certaines familles ont véritablement tout perdu en une nuit, d’autres ont du passer plusieurs jours sur le toit de leurs maisons en attendant l’arrivée des secours.

La boue, partout...
La boue, partout…

Dans des situations d’urgence comme celle ci le problème le plus immédiat c’est l’accès à l’eau. Les eaux de surface sont hautement contaminées, et les eaux souterraines le sont aussi en partie car l’inondation a recouvert puits, forages et latrines.

Rampe de distribution d'eau.
Rampe de distribution d’eau.

La distribution d’eau potable en urgence est faite par un système de livraison par camion. Grâce à la mobilisation de tous le pire a été évité: L’épidémie.

Cantine pour les enfants de moins de 5 ans
Cantine pour les enfants de moins de 5 ans

Après l’eau, la nourriture. Afin de prévenir le risque de malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans, particulièrement à risque dans les semaines après le drame, des cantines sont ouvertes dans toute la ville. On y sert une bouillie spécialement conçue pour pallier aux manques de l’alimentation quotidienne.

Abris temporaire
Abris temporaire

Réfugiés climatiques. Eux ont tout perdu. Ils se sont regroupés dans un entrepôt abandonné et y sont restés de longues semaines en attendant de trouver à se reloger. Mais où?

les Gonaïves vues du ciel
les Gonaïves vues du ciel

Les Gonaïves, vues du ciel: plus une maison intacte, des rues couvertes de boue et à perte de vue un horizon bouché par les collines sans arbres prêtes a verser encore plus de sédiments à la prochaine pluie…

Retour à la vie...
Retour à la vie…

La vie reprend son cours, malgré la précarité du quotidien. Les enfants retournent à l’école en évitant les tas de boue qui encombrement encore les rues.

Aide alimentaire
Aide alimentaire

Pour les plus démunis, l’aide humanitaire reste indispensable.

Author: Julien Categories: Haïti Tags:

Eyrard Photo is Digg proof thanks to caching by WP Super Cache